Francois Bozizé Yangouvonda

Portrait:

Né le 14 octobre 1946 à Mouila au Gabon, François Bozizé Yangouvonda, a débuté une carrière militaire avec son entrée à l’Ecole spéciale de formation des officiers d’active (ESFOA) de Bouar en 1966 sous le président puis empereur Bokassa qui le prend sous son aile. Aussi les promotions s’enchaînent rapidement: jeune, il assume de grandes responsabilités dans l’armée.

Lorsque part Bokassa en septembre 1979, il est nommé ministre de la Défense par David Dacko jusqu’en 1980. A la chute de ce dernier le 1er septembre 1981, il est nommé par le président André Kolingba ministre de l’Information. Accusé d’avoir organisé un coup d’Etat le 3 mars 1982.,  il doit partir en exil au Bénin. Arrêté,   extradé puis détenu en prison de 1989 à 1991, il sera libéré après un procès.

Battu aux élections de 1992 et 1993, il est réhabilité des accusations de coup d’Etat en 1996 par le président Patassé qui le nomme aux postes successifs d’Inspecteur général puis de Chef d’état-major général de l’armée. Soupçonné de coup d’Etat puis limogé en fin octobre 2001, il se réfugie au Tchad et prend la tête d’une rébellion qui réussit à renverser le régime Patassé le 15 mars 2003.

Légitimé par les urnes lors des élections générales de  2005, il brigue un nouveau mandat  avec le soutien du parti Kwa Na Kwa (KNK) qu’il a créé en août 2009, un nouveau mandat face à cinq autres  candidats.

François Bozizé Yangouvonda
Programmes:
En l’absence d’un document contenant le programme détaillé du candidat François Bozizé, la rédaction a dû recourir à l’intervention de son Directeur national de campagne sur Radio Centrafrique.

Il en ressort que le programme du général Bozizé, président sortant et fondateur de Kwa Na Kwa (KNK), parti se réclamant de l’obédience travailliste, peut se résumer par la consolidation de l’État de droit et de l’unité nationale en vue de continuer l’œuvre de reconstruction nationale sur des bases justes et démocratiques sous le leitmotiv de : « Le travail rien que le travail ».

Ce programme qu’il propose pour le nouveau quinquennat qu’il sollicite s’articule autour des trois points suivants.

Sur le plan politique, le candidat  propose le renforcement de la démocratie, de l’autorité de l’État et l’institution d’une administration équitable.

Au plan économique, le désenclavement de l’agriculture et  de l’élevage, avec le souci d’éponger la dette des cotonculteurs et de doter  chaque paysan de charrue pour la culture du coton,  du café et d’assurer à terme la gratuité des engrais.  La poursuite de l’assainissement des finances publiques, l’octroi de crédits grâce à l’encouragement et à l’implantation des institutions bancaires dans les provinces.

Sur le plan social, le candidat, qui se targue d’avoir mis un terme au cercle vicieux des arriérés de salaires, de bourses et de pensions, s’engage à consolider ces acquis et à promouvoir les droits des groupes vulnérables (femmes, jeunes, minorités ethniques, handicapés).

Il prône, par ailleurs, la poursuite de la réforme du secteur de la sécurité (RSS) afin de restaurer la sécurité et l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire national.

1 comment for “Francois Bozizé Yangouvonda

Comments are closed.