Ange Félix Patassé

Portrait:

Né le 25 janvier 1937 à Paoua (Ouham Pende), Ange Félix Patassé est candidat aux élections présidentielles et législatives (Berberati 1) de 2011.

Diplômé de l’Académie supérieure de l’agriculture tropicale  (Nogent-sur-Marne en France), il est ingénieur agronome zootechnicien. Il est entré très tôt, à l’âge de 29 ans, dans les gouvernements successifs de Bokassa dont il sera par ailleurs premier ministre de  1976 à 1978.

Son ambition pour la présidence a  commencé en 1981 où il y est candidat face à David Dacko qui l’a battu dans les urnes. A la suite d’un coup d’Etat manqué de François Bozizé contre André Kolingba, il doit partir en exil au Togo de 1982 à 1993 Il sera élu président en septembre 93 sous la bannière du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC).

Son premier mandant est marqué par un cycle de mutineries. Il est néanmoins réélu en 1999 mais échappe un coup  d’Etat organisé par Kolingba en fin mai 2001. Il sera finalement renversé par François Bozizé le 15 mars 2003 et contraint à un second exil au Togo.

Condamné puis amnistié, il revint au pays en fin 2008 et se déclare candidat  indépendant à la présidentielle. En effet, il ne peut plus compter sur la machine  électorale du MLPC aujourd’hui contrôlé par Martin Ziguélé.  Déclarant être « petit frère de Jésus », il affirme être envoyé par Dieu pour exécuter son programme pour la RCA.

Ange Félix Patassé

Programme:

N’ayant pu obtenir un document présentant son programme politique, nous avons recouru à ses déclarations sur Radio Centrafrique pour avoir des éléments sur les propositions du candidat indépendant Ange Félix Patassé. Il se dit petit frère de Jésus-Christ et envoyé de Dieu, qui lui a dicté son programme politique axé sur trois priorités : la paix, la confiance et le développement. L’instauration de la paix et de la sécurité passe par une justice intégrale, applicable à tous dans l’égalité et l’équité. D’où le renouvellement de la confiance au sein des familles, de la société et de l’environnement. Donc, l’unité et la réconciliation du peuple centrafricain s’avèrent indispensables. Ce qui va entraîner les investisseurs à venir s’installer en République Centrafricaine.  La lutte contre l’impunité et le détournement des deniers publics, le respect strict des droits fondamentaux humains, l’égalité devant les services publics et la loi sera garantie à tous les niveaux. La modernisation, la mécanisation de l’agriculture et la promotion de l’élevage par le développement intégral et intégré de la RCA passent par la production du bio gaz à travers la culture du « sissongo », plante source de  carburant et d’énergie. Le désenclavement des routes nationales, pistes rurales et d’élevage pour avoir libre accès aux marchés sous-régional, régional et international, ainsi que l’industrialisation du secteur privé, la promotion de l’emploi des jeunes pour lutter contre le chômage et la délinquance juvénile sont autant d’atouts pour garantir la cohésion sociale. Patassé a dirigé le pays de 1993 à 2003.