Les problèmes de gestion à la Commission Electorale Indépendante seraient-ils un frein au bon déroulement du processus électoral?

20 décembre 2010
By

Ces derniers jours, la Commission électorale  indépendante (CEI), dirigée par Joseph Binguimalé, a été maintes fois critiquée pour une gestion non orthodoxe des fonds alloués, mettant ainsi en péril sa mission. A quelques semaines des élections générales, quelle est la problématique du « nerf de la guerre » dans cette institution ?

A lire les rapports et de l’avis des observateurs, les difficultés financières de la CEI    –un secret de polichinelle- seraient dues à trois principales raisons : la trésorerie    tendue des caisses de l’Etat, la gabegie dans l’utilisation par la CEI de l’argent reçu et la trop grande rigueur dans les procédures de gestion financière imposées par le partenaire incontournable de la  Commission qu’est le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Durant la réunion du 19 octobre dernier rassemblant, au palais de la Renaissance, les Forces vives de la nation (institutions républicaines, administration publique, majorité présidentielle, opposition démocratique et société civile) en présence des représentants de la communauté internationale, le président François Bozizé a stigmatisé les manquements observés à l’encontre de la CEI et parlé de « gloutonnerie ».

Critiques des politiques et tensions internes

Dans un communiqué diffusé le lendemain par le Collectif des forces du changement (CFC), l’opposition démocratique a critiqué l’ « incompétence notoire  et opacité dans la gestion des fonds mis à la disposition de la CEI ». Le même jour, Me Crépin Mboli-Goumba, a déposé son tablier de deuxième vice-président de la CEI. Dans sa lettre de démission, il a parlé de « travers » et de « pervertissement » de la Commission, dénonçant en substance des contrats signés qui « relèvent de la pure fantaisie », la « solitude désargentée » et les « fonds politiques à la CEI ». Il a exigé la publication du rapport d’audit commis pour fixer les responsabilités. Sur ce point, le président François Bozizé a  clairement affirmé, dans une interview sur Radio France Internationale (RFI), que l’urgence en RCA était plutôt d’aller aux élections le 23 janvier prochain.

En matière de gestion orthodoxe des fonds alloués à la CEI par la communauté internationale et remis au PNUD, les relations entre M. Bo Schack, Représentant résident et Joseph Binguimale, ont connu par le passé des hauts et des bas. Toutes les dépenses de la CEI, justificatifs à  l’appui, doivent au préalable obtenir l’aval du PNUD.

Des retards dans les décaissements qui trouvent une solution grâce au soutien de l’Etat

Quant aux comités locaux de la CEI à Bangui, trois mois d’indemnités sur neuf ont été réglés, selon un commissaire local rencontré le 14 décembre dans la capitale et qui a requis l’anonymat. Selon cette source, le président François Bozizé, avant son récent voyage en Libye et les cérémonies du cinquantenaire de l’indépendance du pays, a donné l’ordre au Trésor public de payer rapidement tous les arriérés d’indemnités dus aux comités locaux de la CEI tant à Bangui qu’en province. Cela devrait être fait d’ici peu. Le  7 décembre déjà, les coordonnateurs nationaux de la CEI ont perçu deux mois. « Nous sommes satisfaits de ces mesures et restons motivés », a ajouté notre   source. Enfin, selon un message reçu de Lomé le 13 décembre, le dernier lot   d’urnes de vote restantes (3 700) était attendu à Bangui l’après-midi du jour même. Un ouf de soulagement était perceptible à la CEI à la réception du matériel électoral.

Président et vice-président de la CEI à l'aéroport de Bangui M'poko lors du débarquement du matériel électoral

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Le Journal des Elections

Le Journal des Elections est un supplément hebdomadaire produit et distribué par 5 quotidiens de Bangui, en collaboration avec la Maison de la Presse et des Journalistes et les radios de l'Association des Radios Communautaires de Centrafrique.
Cette initiative bénéficie de l'appui du projet PAMCA mis en oeuvre par l'Institut Panos Paris grâce au soutien de l'Union Européenne et de Cordaid.
Institut Panos EU Flag Europeqn Union Cordaid

Rubriques

Rechercher dans le site:

Recevez gratuitement le Journal des Elections par mail:

Entrer votre adresse email (vous recevrez un mail avec un lien de validation puis un mail de confirmation d'inscription une fois que vous aurez cliqué sur ce lien de validation):

Service gratuit

UA-19123476-1